Éditions

code EAN :
9782351222768


Parution : 11/01/2022
Format 13x20
112 pages
11 euros

» Commander « retour
Email Facebook Twitter Google Plus

L'osmonde

André Bonmort

Sens-la, en cette matinée, respire sa lutte,
Ressens-la dans ton corps même, facilite ses avancées, défriche les pistes qu’elle pourrait emprunter dans son obstination à irriguer l’espèce,

Éprouve sa folle attente, ces siècles à guetter l’étincelle,
À scruter l’âme du fil conducteur dans l’espoir de voir s’illuminer l’Histoire.
Et soutiens
Soutiens la trébuchante lumière.

La périlleuse épopée de la pensée confrontée à un temps qui la dénie, son combat pour sa survie –et pour la nôtre– dans un monde où «l’heure est venue d’essayer l’impossible».

Les livres d’André Bonmort élaborent le récit d’une conscience en rupture. Proposant une autre grille de lecture de notre époque, ils visent à briser les schémas mentaux dominants, appellent à rétablir dans ses droits la cohésion du vivant.
L’Osmonde prolonge le cycle poétique amorcé avec Ils ont tué l’albatros et L’âme avance masquée.

 

Extrait :

Au-delà de toute force et de toute forme,
De toute matière, de tout esprit,
Cette présence que seule l’absence sait nommer
Cette immense présence/Cette absence démesurée
Cette présence intangible/Cette absence inacceptable
L’assiduité de sa compagnie/Son illisibilité.
Elle est tout nombre et magnification du zéro intégral,
Tout souffle et unicité de l’inspiration,
Toutes vues et tout éloge du voile,
Sa double, sa triple vue se cantonnant par résolution inflexible à l’anticipation du plausible.
Dimension hors tout –quatrième et consorts,
Elle se complaît dans la perspective,
Dépouille à plaisir ses attributs de leurs charmes,
Se voudrait d’aspect ordinaire
Elle dont l’apparence est le mur de son et de lumière où viennent buter nos représentations
Elle qui est le temps où les cœurs s’éprennent
Et son écoulement où viennent agoniser nos fantasmes enamourés.
Si ses sentences commandent à nos concordances, à nos corrélations,
Elle attribuera ce mérite à l’aveuglement du hasard ;
Si nous l’élisons coryphée de nos désirs et de nos attentes,
Elle louera l’autonomie de notre chœur, dissimulant son pupitre derrière la vitre opaque de notre ignorance ;
Et si –si nous avons cette audace– nous lui réclamons la clé menant jusqu’à elle,
Elle nous renverra à la feuille et au vent.