Éditions

code EAN :
9782351221631


Parution : 10/10/2017
format 13x20
144 pages
12 euros
» Commander « retour
Email Facebook Twitter Google Plus

Karma X

Sandrine Rotil-Tiefenbach

Une jeune femme fantasme sur un homme entrevu dans un bar. Le désir devient bientôt obsessionnel, et s’étend à tous les hommes…
Mais entrecroisant dans son délire amoureux les fruits défendus de son imaginaire, les bribes d’une réalité magnifiée, des éclats de mémoire enfantine et le scénario d’une histoire qui s’écrit, la narratrice est-elle réellement la «possédée» qu’elle prétend? Ou plutôt, s’abandonnant sans tabou à l’éveil des sens, une «délivrée» qui dessine, sous couvert d’une pseudo-confession intime, un authentique autoportrait du désir féminin universel?
Ce cocktail de fièvre abrasive et de candeur limpide hisse vers les hauteurs de la littérature un texte où il n’est plus dès lors possible de voir un simple livre de genre, tant l’érotisme –pourtant livré à l’état brut– est ici comme clarifié, dépuré, et nous entraîne irrésistiblement du côté de l’âme.


Sandrine Rotil-Tiefenbach, romancière, poète, illustratrice, peintre et photographe, est l’auteur de J’air, roman (éditions Michalon); Dernière fin du monde avant le matin, poésie & aquarelles (éditions Mélis) et Grise, roman (éditions Sulliver). Elle signe également nouvelles, chroniques, poèmes ou images au sein de différents anthologies et collectifs, reconnus ou underground. Karma X est une nouvelle édition de son premier roman, paru initialement sous le titre Sarah K 477 (éditions Que).

 

Presse :

Très directe et pourtant très écrite, cette confession intime tient de la réalité enrichie par l'imagination. Fantasme d'un homme rencontré dans un bar, suscitant un désir obsessionnel qui s'étend à tous les hommes. Souvent cru, toujours subtil.
Marie-Claire

Il faut se jeter dans cette lecture, dans un beau lâcher-prise, Karma X est un objet obsédant, dérangeant, émoustillant, sans érotisme niais vu et revu mais avec une focale nouvelle, étrangement captivante et étourdissante. Karma X est un carottage littéraire, sociologique, historique, il y a une possession jamais maladive, jamais psychiatrique, jamais nymphomane ni inquiétante, simplement cette vérité, cette sincérité et cette invention permanentes du désir. C’est un témoignage important. Un ovni bandant pour le Cortex qui n’a sans doute aucun équivalent dans la production ancienne et moderne, et c’est tant mieux.
Frédéric Vignale - Le Mague

C’est un de ces textes qui vous embarquent sans votre consentement. En quelques lignes à peine vous voilà séquestré, greffé presque à une histoire qui vous brûle et vous réjouit à la fois, par une espèce de grâce mêlée de sortilège qui a pour nom… talent ! [...] La contamination sensuelle a commencé, et Sandrine Rotil-Tiefenbach excelle à nous contaminer à notre tour, par le biais d’un style dépouillé et poétique à la fois, qui n’est pas sans rappeler le grand poète Guillevic dans la pureté de son expression. L’aventure qui débute est plus qu’un rêve, et bien davantage qu’un fantasme. Stendhal parlait de «cristallisation». Ici tout se peuple du désir d’être aimé, et très vite toute identité ou appartenance sexuelle s’efface: ne reste que ce désir-là sublimé, immense, jailli de l’Univers (que d’aucuns nomment Dieu), donc épousant une forme de perfection.
Martine Roffinella - Genres
 

Extrait :

Ce qui serait bien, c’est qu’Arthur soit tombé amoureux de moi. Je suis lucide. Il y a une chance sur... euh, les chiffres ce n’est pas mon truc, alors mettons sur des milliards et des milliards. Autant de milliards qu’il y a de filles sur terre. Enfin. Autant de filles qu’Arthur a rencontrées et continue de rencontrer. Au fait, ça rencontre combien de filles, un homme, dans toute sa vie, au moins jusqu’à l’âge qu’il a ? Arthur a la quarantaine. Pourtant, les vieux, en général, je n’aime pas. Mais enfin, il a la quarantaine. C’est comme ça. Il faut bien que je m’en contente. Donc, s’il était amoureux de moi en secret ? On pourrait imaginer, par exemple, que lors de notre rencontre il y a trois mois, il soit tombé amoureux de moi d’un seul coup. Ca m’est bien arrivé, à moi ! Est-ce pour autant que j’ai cherché à le contacter ? Non, que je sache ! Et en y réfléchissant, après tout, quelle raison a-t-il, lui, de me contacter ? Sous quel prétexte ? Et, qui sait, peut-être est-il timide ? Ça expliquerait tout ! Moi-même, je n’en fais rien. Pourtant je pense à lui tout le temps. J’espère en fait. Si j’agissais, je ferais des bêtises et ça ne serait pas intelligent du tout. Et puis surtout, au fond je sais bien qu’il n’est pas amoureux de moi. Je le sais bien au fond. C’est impossible. D’abord ça ne peut pas m’arriver, à moi, une belle destinée comme ça. Ce serait si bien pourtant ! J’aurais beaucoup de chance. Mais je suis lucide. Un jour, une cartomancienne m’a fait un tour karmique. Elle m’a fait toute ma vie. Le passé, le maintenant, et l’avenir. Pour le passé et le maintenant, tout était vrai. Pour l’avenir, j’avais la réussite dans tous les domaines. Même j’allais très loin. Une belle réussite, avec la célébrité, la postérité, et tout, et tout. C’est tout juste si elle ne m’a pas demandé un autographe, la cartomancienne ! Mais pour les hommes, non. Côté sentimental, je payais des dettes. Ce n’était pas en cette vie que je trouverais le prince charmant. Dans cette vie, ma mission était d’apprendre que le prince charmant n’existe pas. Dans cette vie surtout, il allait me falloir ne jamais cesser de souffrir d’amour.

...

Sa bouche humecte son ventre, descend sa courbe. Avec sa main, il frotte doucement l’intérieur de la cuisse, là où la peau est si fine, juste quand elle va disparaître sous la dentelle du string. Sous les lèvres d’Arthur, les poils doux ont un goût fumé, un peu sucré, comme un parfum de métal chaud. Il enfouit sa langue dans la forêt d’ambre. Elle sent ses doigts glisser sous sa culotte, tourner autour de ses lèvres. Un murmure s’étouffe dans sa gorge, elle ferme les yeux, ses jambes s’écartent...